Crématorium avec cérémonie privée Complexe international Accompagnement complet

Cercueil écologique : les matériaux soucieux de l’environnement

lundi, 30 janvier 2017

Les personnes ayant la fibre écologique ne souhaitent pas plus polluer après leur mort que de leur vivant. Pourtant, avec un cercueil en bois exotique ou en métal, un enterrement standard peut s’avérer très néfaste pour l’environnement. Conscients de cet état de fait, les fabricants proposent depuis plusieurs années de plus en plus de modèles de cercueils écologiques et dépourvus de poignées de portage en métal. Le choix de certains matériaux permet en effet de garantir la pérennité des richesses naturelles sans compromettre pour autant la qualité et la solidité du cercueil.

Les cercueils en bois sans ornement

Les proches d’un défunt soucieux de l’environnement éviteront d’emblée de porter leur choix vers un cercueil en métal comme le bronze, en bois rare, ou teint à l’époxy. Elles se tourneront plus naturellement vers des modèles en bois comme le peuplier, et teintés avec des laques et des produits naturels. Les colles utilisées lors de la fabrication du cercueil doivent être écologiques et le modèle de préférence fabriqué au Québec, doté d’un tissu intérieur en coton biologique et dépourvu de toute pièce en métal ou produit chimique. On peut également opter pour un cercueil fabriqué par un fournisseur adhérant à un programme de reforestation.

Les cercueils écologiques en carton

Procédé très en vogue depuis plus de trente ans dans les pays nordiques, l’utilisation du carton pour fabriquer les cercueils séduit les personnes ayant la fibre écologique et c’est la raison pour laquelle le carton a tendance à se développer dans le reste des pays développés. En fait, le cercueil n’a pas l’apparence grossière d’un gros colis en carton, puisqu’il s’agit en fait d’un mélange de cellulose, de poudre de bois et de fibres obtenues à partir de papier usagé et recyclé, ainsi que de papier Kraft. Bien évidemment, aucun solvant ou métal n’entre dans la fabrication. Ces cercueils présentent l’avantage de se décomposer facilement et en seulement une année. Utilisables pour les inhumations classiques, ils sont également très usités pour les incinérations et ne polluent pas l’atmosphère lors de la crémation. L’utilisation du carton permet en outre d’éviter l’usage du bois et de préserver les forêts.

Les autres matériaux utilisés pour fabriquer des cercueils écologiques

Rapidement renouvelable et repoussant sans nécessiter de replantation, le bambou permet de fabriquer des cercueils tout en préservant la planète. Solide et plus dur que l’érable ou le chêne rouge, on le trouve en finition tressée ou encore carbonisée qui lui confère une teinte caramel. Il existe également d’autres matériaux moins répandus permettant de fabriquer des cercueils écologiques. Il s’agit notamment du jonc de mer, du papier mâché, du sable, ou de l’osier.

L’importance des finitions du cercueil

N’oublions pas que les finitions doivent également être repensées afin de rendre le cercueil totalement écologique. Cela implique la suppression des poignées en métal, remplacées par des poignées en bois ou en corde, mais également de tout produit toxique, contenant du plastique, de l’acrylique ou un quelconque matériau synthétique polymère. En outre, les cercueils doivent être élaborés à partir de matériaux dont la récolte est réalisée de manière écologique et durable, ou provenir de matériaux recyclés, et être produits dans la région. Le revêtement doit également être constitué uniquement de matériaux organiques certifiés, et les vernis remplacés par des produits de finition à l’eau présentant un impact beaucoup plus faible pour l’environnement.

Protéger l’environnement est devenu une priorité pour une majorité de Québécois qui commencent à modifier leurs habitudes afin d’adopter une attitude plus écologique et plus responsable. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le virage vert gagne le Québec également dans le domaine des funérailles et que les cercueils, mais également les urnes, les funérailles et même les cimetières écologiques se développent de plus en plus.